R 18 Turbo B.S.N


La Brigade de conduite rapide


La brigade de conduite rapide a été créée vers les années 80 suite aux nombreux vols de véhicules puissants tels que les BMW, les AUDI. Les BSN étaient dépassées avec des 104 Peugeot ou autres petits véhicules citadins.

Le Ministère de l'Intérieur réagira en affectant aux Brigades de Surveillance de Nuit 2 à 3 Renault 18 Turbo (125cv) pour palier à la situation ; c'était l' époque où commençait les rodéos sur Vaulx en Velin, Vénissieux dans la région de Lyon.

Conscient des risques qu'entraîne la conduite d'un tel véhicule en conduite rapide, la voiture avoisinait les 198km/h, le Ministère de l'Intérieur avait envoyé sur Lyon des conducteurs du Service Central Automobile (SCA) qui étaient formés et habilités à conduire ces Renault 18 Turbo.

Les conducteurs du SCA étaient donc incorporés à la BSN de Lyon. Il y eut pourtant des accidents, non pas à cause de la conduite mais les conducteurs ne connaissaient pas la topographie de la région. Cela n'était pas facile de guider à grande vitesse le chauffeur lors d'une poursuite. Pour éviter ces problèmes, l'Administration a décidé d'envoyer des volontaires Lyonnais pour effectuer un stage d'habilitation à la conduite rapide qui se déroulait soit au Mans ou à Monthléry.

 

  R18 Turbo devant le Ciat du 7ème arrdt de Lyon. Photo MD©

Le stage se déroulait sur 4 jours avec plusieurs véhicules. Egalement plusieurs moniteurs évaluaient le stagiaire. Tout le monde n'étaient pas habilités et les résultats n'étaient pas donnés en fin de stage. Ils parvenaient au service du stagiaire quelques jours plus tard. L'habilitation devait se repasser tous les 3 ans.

Pour les reçus, ils intégraient un équipage de la BSN et leur travail consistait à suivre les véhicules signalés volés afin de renseigner le PC sur la progression de ces derniers et établir un barrage routier pour l'interception. Les conducteurs ne prenaient pas de risque car un véhicule accidenté pénalisait l'opérationnalité du service. A cette époque, il y avait maintenant 4 à 6 Renault 18 Turbo sérigraphiées sur Lyon.

D'après le témoignage de Jacques, un policier, conducteur habilité à l'époque, il indique que la voiture était agréable à conduire avec le nouveau Turbo. Les R18 Turbo étaient équipées d'une rampe "Goldorak" avec 3 sons aux choix et une position nuit. Sur la rampe, il y avait des projecteurs orientables puissants pour éclairer un parking ou les rues sombres ; il y avait même une manette pour orienter le projecteur lorsqu'on sortait du véhicule.

Comme toute chose et les voitures ayant évolué, cela a eu une fin. Le GIPN a été équipé de cette voiture et les transferts de détenus dangereux comme ceux d'Action Directe se sont fait à bord ce véhicule.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site